Petits meurtres en cuisine et autres horreurs…

Morceaux choisis dans l’oeuvre de Marie Rouanet et extraits du “Livre de cuisine” d’Alice Toklas


  • Lecture : Martine Costes-Souyris
  • Accordéon : Alain Jouhanneau
  • Contrebasse : Sylvain Colin
  • Scénographie : Enrico Clarelli

Marie Rouanet : de la littérature à manger ou de la nourriture à lire…

Offrande de la chair tiède : “ Le saigneur, que je me plais à nommer : Seigneur, opère par un matin transparent d’hiver. D’un geste sans bavure il détache le jambon de la carcasse. La chair rosée qui tremble de la tiédeur de la vie fume dans l’air froid, bordée du lard grumeleux encore de chaleur et couleur d’églantine…’’

Le “livre de cuisine d’Alice Toklas” n’est pas un livre de recettes. C’est, au sens propre, un livre de cuisine. Et la cuisine est une grille de lecture du monde, depuis la disposition du potager jusqu’au plat achevé en passant par l’ordonnance de la table et l’assortiment des convives. Un livre de cuisine, c’est un livre de culture, et c’est presque un livre de philosophie dans un pays comme la France où manger n’est pas seulement se nourrir. La cuisine est même, pour Alice Toklas et Gertrude Stein, la clé de la France. “La France, c’est les ciels et la cuisine”, écrit Gertrude Stein, s’émerveillant d’un style plus que d’un goût.